Publications

Ouvrages :

  • Mon maître et mon vainqueur, éd. Gallimard. coll. « Blanche », Août 2021.

« Le cahier, c’était la première chose que m’avait montrée le juge, quand tout à l’heure j’étais entré dans son bureau. Sous la couverture souple et transparente, on pouvait lire au feutre noir : MON MAÎTRE ET MON VAINQUEUR.
Sur les pages suivantes, il y avait des poèmes. Voilà ce qu’on avait retrouvé sur Vasco : le revolver, un cahier noirci d’une vingtaine de poèmes et, plus tard, après expertise balistique, des résidus de poudre sur ses mains.
Voilà ce qu’il en restait, j’ai pensé, de son histoire d’amour. »

Feuilleter Mon maître et mon vainqueur / En savoir plus.

  • Un certain M. Piekielny, éd. Gallimard, coll. « Blanche »,  Août 2017.

François-Henri Désérable - Un certain M. Piekielny

«Quand tu rencontreras de grands personnages, des hommes importants, promets-moi de leur dire : au n° 16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait M. Piekielny… »
Quand il fit la promesse à ce M. Piekielny, son voisin, qui ressemblait à « une souris triste », Roman Kacew était enfant. Devenu adulte, résistant, diplomate, écrivain sous le nom de Romain Gary, il s’en est toujours acquitté : « Des estrades de l’ONU à l’Ambassade de Londres, du Palais Fédéral de Berne à l’Élysée, devant Charles de Gaulle et Vichinsky, devant les hauts dignitaires et les bâtisseurs pour mille ans, je n’ai jamais manqué de mentionner l’existence du petit homme », raconte-t-il dans La promesse de l’aube, son autobiographie romancée. Un jour de mai, des hasards m’ont jeté devant le n° 16 de la rue Grande-Pohulanka. J’ai décidé, ce jour-là, de partir à la recherche d’un certain M. Piekielny.»

Feuilleter Un certain M. Piekielny / En savoir plus. 

 

  • Évariste, éd. Gallimard, coll. « Blanche », 2015.

À quinze ans, Évariste Galois découvre les mathématiques ; à dix-huit, il les révolutionne ;Evariste-Deserable à vingt, il meurt en duel. Il a connu Raspail, Nerval, Dumas, Cauchy, les Trois Glorieuses et la prison, le miracle de la dernière nuit, l’amour et la mort à l’aube, sur le pré. C’est cette vie fulgurante, cette vie qui fut un crescendo tourmenté, au rythme marqué par le tambour de passions frénétiques, qui nous est ici racontée.

Feuilleter Évariste / En savoir plus.

 

 

  • Tu montreras ma tête au peuple, éd. Gallimard, coll. « Blanche », 2013.

Paris, pendant la Révolution. On y croise Charlotte Corday, dans sa cellule, pendant qu’un élève de David achève son portrait ; Adam Lux, un allemand tombé amoureux d’elle dans des circonstances pour le moins inattendues ; les Girondins, la fameuse nuit de leur dernier banquet à la Conciergerie ; Danton, pendant son ultime voyage jusqu’à la place de la Révolution ; le plus grand esprit français du XVIIIe siècle, qui nous apprend comment mourir avec élégance ; mais aussi Marie-Antoinette et Robespierre, le marquis de Lantenac et André Chénier. Tous, dans les jours, les heures ou les minutes précédant la chute de leur tête dans le panier du bourreau.

Feuilleter Tu montreras ma tête au peuple En savoir plus. 

Ouvrages collectifs, préfaces et postfaces :

  • « Le monde en trois lettres », préface à Noir et autres nouvelles, Prix du Jeune Écrivain, Buchet-Chastel, 2020.

  • Mes amis, d’Emmanuel Bove, postface, Le Livre de Poche, 2018.

  • Préface aux Sept générations d’exécuteurs. Mémoires des Sanson, éd. Perrin, coll. « Tempus », 2015.

  • Clic ! Clac ! Boum !, nouvelle de l’ouvrage Histoires en creux, éd. Buchet/Chastel, collectif rassemblant les textes des lauréats du Prix du Jeune Écrivain, 2012.

Revues littéraires :

  • « La vie est ailleurs », Décapage, n° 64, Automne-hiver 2021.

  • « Carnets », Décapage, n° 63, Printemps-été 2021.

  • « Tout est déjà dans les livres », Tracts, 20 mars 2020.

  • « Au cœur de la BnF », Revue de la BnF, 2020/2, n° 61, octobre 2020.  

  • « La tête à l’envers », Holiday, mars 2019.

  • « Le Super Bowl ? Quel Super Bowl ? Une semaine à La Nouvelle-Orléans », Revue Long Cours, 2019.

  • « On montrera… », Décapage, n° 60, printemps-été 2019.

  • « Cette jolie jupe retroussée – À Manosque, chez Giono », La Nouvelle Revue Française, n° 634, janvier 2019.

  • « Beatnik, bums and billionaires », America, n° 7, automne 2018.

  • « Mille roses rouges et blanches dans la maison bleue », Le 1, Hors-série 2018.

  • « Une demi-heure sur le Boulevard Saint-Germain » (Emilie Raja), Décapage, n° 58, hiver-printemps 2018.

  • « Et vous, je vous en pose des questions ? », Décapage, n° 57, été-automne 2017.

  • « Michon le père », Cahier de l’Herne Pierre Michon, novembre 2017.

  • « Deux hasards en octobre », Revue Décapage, n°56, hiver-printemps 2017.

  • « Une pêche d’enfer », Revue Desports, n° 9, juillet 2016.

  • « Le jour où mon manuscrit a été accepté : Le vol va bien se passer », Revue Décapage, n° 53, été-automne 2015.

  • « Une étoile filante », Revue Desports, n° 6, juin 2015.

  • « Une lettre pour le Rimbaud des mathématiques : Évariste Galois », Revue Décapage, n° 52, hiver-printemps 2015.

  • « Pour saluer M. Piekielny (et Romain Gary) », Revue L’Infini, n° 129, automne 2014.

  • « Portrait de l’auteur en mètres carré », Revue Décapage, n° 51, automne-hiver 2014.

  • « Les canulars littéraires », avec Clément Bénech, Revue Décapage, n° 50, printemps-été 2014.

  • « Quelques jours à Beyrouth », Revue L’Infini, n° 126, mars 2014.

  • « 1820 signes », Revue Décapage, n° 49, hiver-printemps 2014.

  • « Sur les toits », nouvelle illustrée par Élis Wilk, Revue Décapage, n° 48, automne-hiver 2013.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :